48 heures de la Pige : nouvelle édition à Lyon, les 2/3 juillet prochain!

Thierry Butzbach, Président de Profession Pigiste

Après Lille, l’an dernier, c’est Lyon qui accueillera, les 2 et 3 juillet prochains, les « 48 heures de la Pige » organisées par l’association Profession Pigiste. Explications et programme de la nouvelle édition avec Thierry Butzbach, son président.

Vous renouvellez l’opération « 48 heures de la pige ». Quel a été le bilan de la première édition à Lille l’an dernier?

L’an passé, nous avions voulu rassembler tous les journalistes pigistes de France en un seul lieu, afin de favoriser les rencontres. Le bilan s’est révélé en tout point satisfaisant avec une petite centaine de participants, dont la moitié a suivi des formations spécifiques conçues pour l’occasion. Selon l’enquête réalisée sur place à la fin de la manifestation,  l’immense majorité des participants s’est révélée « ravie » du « réseautage » réalisé. Le cadre et l’organisation se prêtaient
parfaitement aux échanges et à la convivialité. C’est donc parce que nous avons l’impression de répondre à une demande – voire un besoin – des journalistes pigistes que nous avons décidé de « remettre le couvert » à Lyon les 2 et 3 juillet 2012.

Pourquoi Lyon, après Lille ?

Même si nous mettons tout en œuvre pour faciliter la venue et l’hébergement des participants (cette année, nous mettons en place une bourse au logement), je conçois qu’il peut être difficile pour certains de traverser la France pour un tel événement. Mais le choix d’une manifestation itinérante permet de réduire les frais et d’élargir l’audience en jouant la carte de la proximité. Et puis cela nous permettra de découvrir une nouvelle ville…

Quel sera le programme, les éventuels changements par rapport à la 1ère édition ?

Comme l’an passé, les deux jours seront denses et rythmés par des conférences-débats le premier jour et des formations le second. Lundi à 10h30, nous débuterons par une première table-ronde consacrée à l’investigation journalistique locale, avec Denis Robert et Sabine Torres comme invités pressentis. À 13h30 se tiendra un second débat sur les pigistes et l’indépendance de la presse avec plusieurs chercheurs (Pascal Chasson, Henri Maler et Jacques Le Bohec). S’en suivra un « Stand-up » où une dizaine d’intervenants apporteront, en 10 minutes, l’essentiel d’un sujet lié au journalisme à la pige (twitter, un bon synopsis, négocier un tarif de pige, trouver un éditeur pour un bouquin, etc). En fin d’après-midi, une rencontre est prévue avec Patrick de Saint Exupéry, ex-journaliste indépendant, grand reporter, fondateur et directeur éditorial de la revue XXI, qui nous parlera de son expérience. La soirée se déroulera à l’Institut Louis Lumière, juste à côté de l’université Lyon 3 qui nous accueille en journée. Cette concentration favorisera les contacts. Mardi, place à la formation avec des modules spécifiques d’une journée et d’une demi-journée (Débuter le journalisme à la pige, Trouver un angle original et élaborer un synopsis gagnant, Négocier une collaboration presse et hors-presse, Les savoir-faire de demain, Les bonnes pratiques et techniques de l’écriture web, Apprendre à organiser sa veille sur le web, Les réseaux sociaux pour journalistes, Introduction au journalisme de données, Initiation aux nouveaux modes de narration, Gagner en productivité grâce à votre Smartphone). La participation à ces formations peut être pris en charge financièrement par l’Afdas pour les titulaires de la carte de presse et bénéficiaires du DIF. Pour les autres, les membres de l’association Profession Pigiste animeront des ateliers thématiques (les droits de la pige, développer ses réseaux, se spécialiser, réussir un reportage à l’étranger et faire une photo de presse). L’ensemble du programme est disponible sur le site www.pigiste.org.

Comment peut-on venir via l’AFDAS, le nouvel OPCA (1) de la profession ?

Pour demander une prise en charge par l’Afdas (avec laquelle Médiafor a fusionné), il faut d’abord être titulaire de la carte de presse. Ensuite, il suffit de s’inscrire sur notre site (ww.pigiste.org). Nous prendrons alors contact avec le pigiste pour l’aider à constituer son dossier de financement, qui est particulièrement lourd (copie des bulletins de paie, etc). Attention : il faudra le faire partir au plus tard à la fin du mois de mai, soit deux semaines avant la prochaine commission pigiste de l’Afdas du 11 juin.

Recueilli par Eric Delon

(1) Organisme Paritaire Collecteur Agréé

Poster un commentaire

Classé dans La vie de la presse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s