Le réseau à la mode lyonnaise

Bruno Crozat, animateur de Lyon Piges

Né il y a 5 ans, « Lyon Piges » est un réseau rassemblant une cinquantaine de pigistes dans la région Rhône Alpes. Philosophie, mode de fonctionnement et projets en cours avec Bruno Crozat, son fondateur et animateur

Comment est né Lyon Piges ?

Le réseau est né de la rencontre de deux journalistes pigistes, Barbara Pasquier et moi-même, en novembre 2006, autour d’une bière sur les pentes de la Croix-Rousse. Nous recherchions une alternative à  l’isolement professionnel qu’engendre la situation de travailler pour plusieurs rédactions sans vraiment appartenir à une équipe en propre. Barbara arrivait sur Lyon, elle ne connaissait pas cette ville, ni sa presse. De mon côté, j’avais déjà animé un réseau d’ex-pigistes du quotidien régional Le Progrès, baptisé Rédac Lyon, mais il s’est essoufflé au bout de deux ans

. Après plusieurs mois à deux ou trois, Barbara a eu l’idée d’organiser un « Speed Piges Dating »  une matinée au Club de la Presse de Lyon. Cette demi-journée a permis aux participants de rencontrer d’autres professionnels de la presse et d’échanger sur  l’exercice du métier de journaliste rémunéré à la pige. Elle a aussi marqué le début de rencontres suivies.

Quel est le profil de vos membres ?

Aujourd’hui, le réseau compte une cinquantaine de membres, une trentaine de réguliers en majorité de la presse écrite, quelques photojournalistes, radio, télé et quelques journalistes et web. Ils travaillent un peu pour la presse locale et souvent pour la presse nationale. Le réseau, si je peux le dire ainsi, collabore avec une soixantaine de titres, dans toutes les sortes de presse. Je tiens beaucoup à cette notion de réseau et non pas de collectif ou d’association. Nos liens sont élastiques. Les aléas professionnels, les envies de chacun font que le réseau reste un port d’attache professionnel. Chaque année le réseau s’étoffe, certains partent, d’autres arrivent. Nous avons un turnover d’environ 30%.

Comment « recrutez-vous » vos membres?

Le réseau s’est développé par le bouche à oreille, via une sorte de cooptation douce des membres. J’essaie de rencontrer chaque personne intéressée. Ce n’est pas toujours possible, mais j’aime le faire et prendre le pouls de la pige à travers des trajectoires singulières.  Nous avons aussi organisé chaque année un évènement en partenariat avec le Club de la Presse de Lyon, sur une thématique professionnelle propre aux journalistes rémunérés à la pige.

Quelle est la singularité de votre réseau?

Le réseau « Lyon piges » est informel et multiforme, sans structure. Toute  l’énergie est consacrée aux projets et rencontres. La vie du réseau « Lyon piges » repose sur une rencontre mensuelle. A chaque rencontre un membre du réseau intervient sur une question pour laquelle il possède une expertise (exemples : l’hyper local, les nouveaux modèles économiques de la presse, l’interview, la formation continue, etc.). Un journaliste peut également inviter une personne ressource afin d’aborder une question spécifique (exemples : un inspecteur du travail, un avocat, un commercial pour nous aider à vendre nos piges, …). Au total, nous avons dû organiser une soixantaine de rencontres depuis le début.

Quels sont vos projets actuels, vos objectifs ?

Il y a d’abord des projets interpersonnels, des collaborations entre journalistes sur des reportages, des enquêtes, des binômes, trinômes pour des plans ponctuels. Et puis le réseau porte aussi des projets plus ambitieux. Celui de l’Atelier des Médias est un beau projet, une association créée début 2011 par 6 membres du réseau et qui met à disposition un espace partagé de travail au centre de Lyon (co-working, 200 m²).  Cet espace de co-working fonctionne depuis mars dernier, et permet à une quarantaine de co-workers de venir travailler de façon nomade pour un ticket d’entrée vraiment modeste. Il y a des journalistes, mais d’autres indépendants dont les métiers sont connexes : graphistes, photographes, web-designer, etc… On aimerait aussi que les 48h de la Pige qui ont vraiment été un succès à Lille puissent avoir lieu à Lyon en 2012. Le réseau serait prêt à les organiser.

 Propos recueillis par Eric Delon

Poster un commentaire

Classé dans La vie de la presse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s