Pigiste : Comment calculer son abattement fiscal ?

Avec l’arrivée de cette période formidable de la déclaration de revenu, ajouté au plaisir d’avoir reçu un petit courrier avec AR de mon centre d’impôt, voici après enquête quelques infos qui en intéressera plus d’un sur le calcul de notre très cher abattement fiscal lorsque vos revenus ne proviennent pas essentiellement d’entreprise de presse.

Tout d’abord, pour ceux qui n’ont jamais été en contact avec leur centre d’impôt, sachez que ceux-ci n’y connaissent généralement rien. Notamment que l’abattement fiscal (7650 euros) n’est en aucun cas lié à la possession de la carte de presse et que le travail des pigistes n’est pas comptabilisé en heures comme ils me l’ont demandé.

Ensuite, lorsque vos revenus proviennent de différentes sources (autres conventions collectives, droits d’auteur, chômage, etc.), il n’y a aujourd’hui pas de jurisprudence en la matière et la règle en vigueur laisse un joli flou juridique à l’interprétation… du contrôleur des impôts.

Alors, pour faire simple, si vous ne voulez pas avoir de problèmes avec les impôts, sachez qu’il faut déduire un abattement au prorata de vos revenus de journalistes (convention collective faisant foi). S’ils représentent 30% de vos revenus, l’abattement sera de 30% (soit 2295 euros).

Si vous estimez en revanche que votre chômage lié à un ancien emploi de journaliste, ou des droits d’auteur « déguisés », doivent être inclus dans votre décompte, vous prenez le risque d’une longue procédure avec l’administration. Le SNJ vous aidera, mais…

Ce récit n’aborde évidemment pas tous les cas de figure. Alors n’hésitez pas à nous faire part de vos propres expériences, histoire que les pigistes qui « googeliseront » à l’avenir : comment calculer son abattement fiscal, ne se retrouvent pas perdu dans les limbes du web.

Julien

> Rejoignez-nous vite sur FACEBOOK et suivez-nous sur Twitter

5 Commentaires

Classé dans La vie des Incorrigibles

5 réponses à “Pigiste : Comment calculer son abattement fiscal ?

  1. Salut Julien,

    Attention, tu fais fausse route : il n’y a pas de proratisation à appliquer à l’allocation pour frais d’emploi. A deux exceptions près : lorsque l’on entre dans le métier, on proratise l’allocation sur le nombre de mois d’activités, et lorsque l’on sort du métier (retraite), idem.

    Ciao

    Raphaël

  2. Ni chômage ni congé maternité (ni congé maladie d’ailleurs pour peu qu’il dure plus d’un mois), n’ouvrent droit à l’abattement fiscal puisque celui-ci est lié aux frais liés à la profession. Or, quand on est au chômage, en congé maternité, etc., par définition, on n’a pas de frais professionnels.
    On peut se lancer dans la procédure, mais pour ce que j’ai pu observer, ça dure très longtemps et à la fin, on perd et on doit payer d’un coup tout ce qu’on n’a pas payé pendant la procédure.
    Les inspecteurs sont effectivement peu informés. Mais il y a des arrondissements à Paris où vivent de nombreux journalistes et là, en général, les inspecteurs s’y connaissent mieux. J’en ai eu un longuement au téléphone dans le 18e par exemple qui visiblement avait très bien étudié la question.
    J’ajoute que même si l’abattement fiscal est lié aux frais, ils n’ont pas le droit de le sucrer aux SR, aux maquettistes, aux réviseurs ni aux rédacteurs photos (normalement, ce ne sont pas des pigistes, mais bon…). Parce qu’ils sont journalistes. Mais il faut veiller à ce que la feuille de paie soit exacte. Dans certains petits journaux, les appellations fantaisistes sont un piège. Il faut que la bonne définition du métier soit inscrit et surtout qu’il figure que le salarié (pigiste ou en CDI) dépend de la convention nationale des journalistes. Bon, ça n’empêche pas les inspecteurs d’essayer. Mais là, si les feuilles de salaire sont bonnes, il abandonnent très vite.
    Quant à ceux qui sont autoentrepreneurs malgré toutes les mises en garde, ou qui se font payer en droits d’auteurs, ils n’ont que leurs yeux pour pleurer.

  3. Julien

    Merci pour ces précisions.
    Effectivement, l’application du prorata aux indem chômage est vivement déconseillée, mais il n’y a pas encore de jurisprudence en la matière.

  4. Lasbarrères Marc

    Bonsoir,

    Voici quelques détails sur l’allocation pour frais d’emploi des journalistes pigistes et sa déclaration fiscale:
    http://www.snj.cgt.fr/spip/spip.php?article221
    http://www.snj.fr/spip.php?article1145

    Cordialement.
    ML

  5. Julien Thèves

    Hello

    Alors j’ajouterais quelques précisions …

    les rédacteurs (voire même concepteurs rédacteurs ?) peuvent bénéficier de l’abattement (c’est bien précisé dans la notice 2 041 GP)

    je suis d’accord que le chômage ou tout autre congé indemnisé ne peut être « abattu » suivant cette règle

    en revanche, quid de l’auto-entrepreneur ?
    j’étais salarié mais suis maintenant AE : pourtant, ma fonction n’a pas changé ! je suis toujours rédacteur … j’estime donc que je pourrais pratiquer l’abattement sur mon CA qui, rappelons le, est réintégré en fin d’année sur ma feuille d’impôt (même si j’ai déjà payé un impôt « libératoire » trimestriellement…)

    qu’en pensez vous ?

    merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s