Budget Bosnia, ou l’Incorrigible pigiste en reportage

Quand l’Incorrigible pigiste part en reportage à l’étranger avec sa complice photographe, la première question qu’elle se pose est: combien ça coûte? Et puis: comment couvrir mes frais? Et seulement après, peut-être: est-ce qu’on va y gagner quelque chose?

Ensuite, elles se mettent à compter les sous pour limiter les frais. Parce qu’un pigiste, ça ne compte que sur son maigre porte-feuille pour financer ses reportages. Donc sur trois fois rien.

Comme l’Incorrigible pigiste et sa complice photographe n’ont pas les moyens de se payer une voiture de location même dans un pays comme la Bosnie-Herzégovine, elles font comme chez elles: elles prennent les transports en commun. Elles passent quatre fois six heures dans le train alors qu’en voiture, ça prendrait trois heures. Elles sillonnent les montagnes bosniennes en car en s’arrêtant à chaque village et somnolent deux heures dans une gare routière déserte, en attendant une correspondance en pleine nuit.

Elles déjeunent dans les petits restos qui n’ont pas de menu en anglais et qui servent trois plats et puis c’est tout. Elles se font des provisions pour le train à la boulangerie du coin et au marché en plein air, chez les petits paysans du village.

Du coup, elles passent leur temps à discuter, dans un mélange de français, d’anglais, d’allemand et de serbo-croate. Une étudiante de Sarajevo qui part en vacances chez ses parents. Les hommes du wagon restaurant aux nappes tachées mais repassées où elles sont les seules femmes. L’ancien combattant serbe fan de mots croisés allemands au parc de Prijedor. La mamie qui vend ses pommes au marché de Kozarac, qui raconte son exil et son retour et nous invite à boire le café chez elle. La jeune mannequin qui prend la pose devant l’objectif de la complice photographe à la gare routière de Doboj, en pleine nuit, en attendant le car pour Banja Luka. La coiffeuse qui tient son Frizerski Salon à l’ancienne dans la rue Baseskije.

Une foule de gens qui font un bout de chemin avec elles. La complice photographe emmagasine en images ce que l’Incorrigible pigiste échange en paroles.

Comme elles n’ont pas les moyens de se payer un hôtel et encore moins deux chambres, elles cherchent les plans les moins chers possible, et de préférence gratuits. Elles dorment sur les canapés des gens rencontrés. Quelqu’un leur prête sa maison de vacances. Celle qu’elles viennent interroger les héberge chez ses parents. Elles trouvent une association qui dispose d’une chambre.

Du coup, le soir venu, l’Incorrigible pigiste épluche les patates dans la cuisine avec la maîtresse de maison, pendant que sa complice photographe met la table. Elles passent une soirée à déguster la rakija préparée par monsieur et à danser avec madame. Elles applaudissent la petite fille qui leur prépare un spectacle improvisé et lui achètent une sucette. Dans une autre maison, elles font les courses pour le repas de midi, repèrent le vin préféré de monsieur, se font battre aux cartes par madame. En partant, elles leur font la bise comme à de vieux amis.

En rentrant, l’Incorrigible pigiste se dit que quand même, que de rencontres auraient été impossibles si elle avait eu sa voiture de location, son chauffeur, sa chambre d’hôtel et ses notes de frais de repas à remplir. Que les soirées en tête-à-tête avec la complice photographe auraient fini par être bien ennuyeuses, et les matins lui auraient semblé drôlement solitaires dans une chambre d’hôtel sans âme.

Au fond, le maigre porte-feuille ouvre plus de portes qu’il n’en ferme.

Taina

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “Budget Bosnia, ou l’Incorrigible pigiste en reportage

  1. Joliment positif ! merci!

  2. Pingback: “Trnopolje – un été oublié” – avant-première en Bosnie | Les infos des Incorrigibles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s