Montage et démontage (quotidien d’un pigiste réalisateur)

90 jours avant le visionnage : Directive de la productrice : faut que ce soit chaud, qu’on parle de sexe, de nouveaux comportements, qu’on fasse de l’audience. Elle vend 4 fois 80 minutes sur la sexualité des français à la chaîne. Gros budget. Je m’occupe du sujet sur la sexualité des adolescents.

89 jour avant : Première réunion avec le service juridique de la chaîne : « fellation d’accord, mais on ne peut pas dire pénétration ».  Cela va être coton.

Trois jours avant : Premier visionnage avec la directrice de la boite, exigeante, légère cicatrice sur le nez, lèvres fines (dont la commissure remonte rarement), qui oublie parfois de dire bonjour. Au menu de mon sujet : une conférence d’un sexologue, un puceau, une vieille dame de 92 ans qui donne des cours d’éducation sexuelle,, des parents, une skin’s party, le making-off d’un porno raconté aux ados, deux jeunes en couple qui veulent rester vierges jusqu’au mariage, des filles qui jouent aux « prélis » à 14 ans, un chouette couple d’amoureux, des chiffres, un panel de français. Bref, un millefeuille qui essaie de prendre le contre pied des idées reçues qui montrent notre belle jeunesse sous l’unique angle de la décadence, du malaise et du comportement à risque. Parti pris un peu osé.

Son commentaire : ok pour le choix des sujets mais ça manque de chiffres, d’infos, à l’intérieur des sujets. Il faut muscler le commentaire, faire plus de liaisons, bref, parler tout le temps. Damned. On voyait pas du tout les choses comme ça.

1h00 du matin, la veille : Franck, monteur et président du fan club de Franck Zappa, et moi, avons galéré pour insérer des infos et des chiffres dans des portraits qui se voulaient d’abord humains avant tout. Du coup, c’est beaucoup moins bien.

10h03: Entrée dans la salle de montage de la directrice des documentaires de M6, accompagnée de deux adjoints et de la productrice du documentaire pour le visionnage du doc. La directrice des documentaires s’assied juste à côté de moi, son grand cahier rouge sur la table, les autres sont juste derrière. Franck lance le sujet, je lis le texte sur les images.  Au bout d’une minute trente de visionnage, elle commence à noircir sa première page. Elle fronce les sourcils, interroge avec ses mains, pose et reprend son stylo, parfois se marre. 80 minutes, c’est long.

11h32 : Fin du visionnage. « Il y a un truc que je ne comprends pas. Pourquoi vous mettez autant de chiffres dans les sujets ?  Faut prendre plus de temps avec les personnages, montrer comment  ils vivent, pas parler de sexualité tout le temps. Il y a trop de commentaire. »

Soudaine envie de mordre la productrice.

Trois jours de modifs pour enlever les chiffres et remonter les sujets. Vivement les incos. Début avril. A très vite !

Christophe

Poster un commentaire

Classé dans La vie des Incorrigibles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s