« Pigiste », vu par un procureur de la République

La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris jugeait la semaine dernière Olivier Bonnet, pigiste, poursuivi en diffamation par un magistrat suite à un billet publié sur son blog. Le réquisitoire de Mme le Procureur brossait les pigistes dans le mauvais sens du poil. Extraits.

Une petite curiosité que ce procès du blogueur Olivier Bonnet, poursuivi en diffamation vendredi dernier par le magistrat Marc Bourragué, suite à un post concernant le procès d’Yvan Colonna. Selon la partie civile, l’article incriminé contenait des injures et des formules à l’emporte-pièce : « Quelle injure plus forte pour un magistrat que de remettre en question son indépendance ? » Le post vilipendé date de 2007 : « A l’époque, j’étais pigiste – indépendant si vous voulez, explique Olivier Bonnet au tribunal. Je vivais de ma pige et entretenait ce blog en parallèle pour participer au débat public ». Un blog garantit « zéro langue de bois », selon ce journaliste « engagé » qui regrette à l’audience « la tiédeur des médias traditionnels ».

Outre le débat sur le fond, on goûtera avec délice cette envolée de Madame le procureur : « Le journaliste “engagé” qu’est M. Bonnet dit avoir voulu dresser un portrait critique de M. Bourragué. “Engagé”, je veux bien, mais à destination de qui ? Peut-être M. Bonnet est-il connu de sa famille, mais qui d’autre le connaît ? » Et le ministère public d’ajouter : « Le pigiste qui écrit sur son blog peut difficilement se prévaloir d’être engagé. On ne peut considérer M. Bonnet comme un chien de garde de la démocratie ».

Maître Dominique Tricaud, avocat de la défense, a manqué s’étrangler : « Madame le procureur, il faudrait vous nommer ministre de la liberté de la Presse. Si je comprends bien votre logique, on est bon ou mauvais journaliste selon la quantité de personnes à qui l’on s’adresse. A croire que les meilleurs journalistes sont tous chez TF1. Or ce sont justement ces petits journalistes indépendants qui ont besoin de dix fois plus de protection. L’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme (concernant le droit à la liberté d’expression, ndlr) protège aussi et surtout ceux-là ».

1 commentaire

Classé dans La vie de la presse

Une réponse à “« Pigiste », vu par un procureur de la République

  1. Jean

    Mais sinon, qu’a-t-il écrit de diffamatoire sur son blog ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s