Un minable escroc en guise de figure tutélaire?

« Un petit escroc qui sort de prison et qui séduit une jolie assistante post-pénale » voilà, dans quels termes, le « Parrain » en chef de ce collectif, a.k.a Bébel l’Incorrigible ( 1975) est décrit par les plumitifs de la critique ciné…

Une métaphore du pigiste?

Poster un commentaire

Classé dans La vie des Incorrigibles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s